Avec une ou deux roues, ça roule dans les villes POUR ALLER TRAVAILLER

20.05.2020

 

   

Notre société ne cesse d’évoluer, nos modes de transports aussi.

Plus sensibles à l’écologie, soucieux de l’amélioration de leur santé, les Français plébiscitent de plus en plus, notamment dans les villes, les déplacements à 2 roues non polluants : le vélo, le vélo à assistance électrique, la trottinette, la trottinette à assistance électrique, le mono roue ou la planche électrique.

 

Si ces engins sont prioritairement utilisés  pour les déplacements d’agrément, ils deviennent de plus en plus pour nos collègues « urbains » un mode de transports pour leurs trajets domicile-travail.

Alors pourquoi LCL ne favoriserait-il pas ce mode de locomotion pour nos collègues ?!

 

Le SNB LCL/CFE-CGC demande à la Direction d’étudier l’octroi d’indemnités kilométriques à nos collègues qui réalisent leurs trajets domicile-travail avec un deux roues répondant aux critères écologiques.

 

Cela favoriserait notamment un mode de déplacement s’inscrivant dans le cadre du développement durable et participerait à l’amélioration de la santé des salariés. Cela permettrait d’avoir une égalité de traitement entre les différents modes de transport et limiterait l’utilisation des transports en commun qui restent un lieu dans lequel la probabilité de contamination est forte, la crise sanitaire que nous connaissons en est la preuve.

Pour le SNB LCL/CFE-CGC, LCL Banque du vélo,  devrait  montrer l’exemple et s’inscrire dans la continuité de son orientation stratégique, à savoir être une Banque en ville avec tous ses aspects, ses particularités et ses codes, en octroyant des indemnités kilométriques vélo à ses salariés.

  

*La loi d’orientation des mobilités du 24 décembre 2019 précise que la prise en charge des frais engagés pour se déplacer à vélo ou à vélo à assistance électrique correspond au montant de l'IKV multiplié par la distance aller-retour la plus courte pouvant être parcourue à vélo entre le lieu de résidence habituelle du salarié et son lieu de travail ainsi que par le nombre de jours de travail annuel.

Cette indemnité peut être prise en charge de façon facultative par l'employeur.

Pour l’employeur, cette participation à l’indemnité vélo est exonérée de cotisations sociales, dans la limite de 200 € par an et par salarié, et sur la base des kilomètres parcourus par les salariés pour se rendre à leur travail. Si l'employeur verse au-delà de ce plafond annuel, il doit payer des cotisations sociales sur la part dépassant le plafond.

Pour le salarié, l’indemnité kilométrique est exonérée d’impôt sur le revenu, comme c’est déjà le cas pour la contribution de l’employeur aux frais de transport en commun des salariés ou d’abonnement à des services publics de location de vélos. Toutefois, cette exonération est limitée pour l'IKV à 200 € par an

 

*Source «service-public.fr»  

 

Pour télécharger le document PDF, cliquez ICI 

 

 

(le téléchargement du document pdf ne peut se faire que de notre site internet :www.snblcl.net)

 

 

 

Please reload

A l'affiche

COMPTE RENDU CSEC des 23 et 24 septembre 2020

25.09.2020

1/5
Please reload

Nos autres publications
PERSPECTIVES Le Magazine
Chut ! L'e-magazine
Lettre des Adhérents
Mes fiches pratiques
Infos buzz
Nos Actus CCE
L'actus de la CFE/CGC

ADHERER

LES BONNES RAISONS D'ADHERER

LE BULLETIN D'ADHESION

 

 

 

© 2016 SNB/CFE-CGC Section Banque LCL

 

 

 Flux Rss
Flux RSS

Maquette originale : HF